Le Blog

UCPA | Ecole de voile & Croisières

Marque Bretagne

La Formation Initiale Moniteur

Découvrez l'interview de Nicolas Lietard et Thibault Turpin, moniteurs de voile à UCPA Croisières. Ils ont accepté de répondre à nos questions sur le déroulement de la formation initiale moniteur.  

Quand votre formation de moniteur a-t-elle été validée ?

Thibault : Ma formation a été validée ce printemps en avril.

Nicolas : En fait la validation s’est faite en 2 temps, pour moi. D’abord à l’issue de la FIM, Formation Initiale Moniteur, c’est à dire en avril dernier, à Pâques. Puis à la fin des 2 semaines de mise en situation, il y a à peine 2 semaines. La « première » validation est de principe, puisque l’encadrement décide de te confier un équipage tout en étant encore encadré par un formateur (et pas juste un chef de bord plus expérimenté). La « seconde » validation se fait sur le terrain, avec des vrais stagiaires dans de vraies conditions. Et ce sont tes pairs qui donnent leur aval ... ou pas.

Pouvez-vous nous dire comment se déroule une formation initiale moniteur ?

Thibault : La première partie de la formation comporte de la théorie en salle et de la pratique avec des sorties en mer à la demie journée. Puis sur la seconde partie de la formation, nous effectuons une croisière de 4 à 5 jours où chaque formateur va pouvoir nous observer en situation. Les gens qui viennent à cette formation proviennent souvent d'horizons différents avec des expériences de voiles très variées. C'est ainsi l'occasion d'échanger nos pratiques de voile et d’apprendre aussi des autres. A la fin de la formation, chacun d’entre nous bénéficie d un débriefing personnalisé avec les formateurs pour discuter de notre adéquation avec le projet de l'ucpa croisière.

Nicolas : Déjà le stage est présenté comme assez long, 8-9 jours. Ensuite, il y a tout ce que des CDB passés par là nous en disent : « c’est comme le niveau 5, mais en plus compét’ » ; « le rythme est intense, dès 8h tu attaques les topos, on avait à peine le temps de manger » (c’est un peu le principe du rituel de passage : tu en es ou pas. Dans la réalité, la FIM dépend beaucoup de la dynamique du groupe de chefs de bord), par les formateurs eux-mêmes (préparer des fiches – topos, venir en forme, naviguer), ou par certains membres de l’équipe UCPA Croisière. Tout ça participe à nous faire monter en pression. C’est stimulant.  Ensuite, les candidats se retrouvent à Lorient, encadrés par un duo de choc : un permanent Ucpa et un membre éminent et qualifié du GCBC. Pour moi, j’ai vu arriver Mael S. que j’avais déjà « pratiqué » pour le niveau 5 et Didier, l’actuel président du GCBC. À partir de là, nous enchainons les cours-topo théoriques le matin et parfois en début d’après-midi, et les embarquements le reste de l’après-midi, accompagnés éventuellement de l’un des 2 formateurs à bord. Pour les topos, chacun des chefs de bord doit les préparer et les présenter devant le groupe.

Habitué des prises de paroles en public, je me suis proposé pour le premier topo. Sur un sujet pas si marin que ça : l’avitaillement ! Et je me suis rappelé les 2 fondamentaux, d’une lointaine formation de formateur en plongée, le loisir et la sécurité. Je me suis lancé sans fiche mais avec quelques notes, devant tout le monde. Ça c’est bien passé. La vraie difficulté apparue au fur à mesure des topos, c’est d’adapter la précision et la durée du topo au public auquel on s’adresse tout en s’entrainant devant des niveau 5 et plus, qui souvent connaissent déjà très bien (voir mieux que nous) les sujets. Les sessions embarquées sont l’occasion de naviguer en autonomie et de parfaire notre travail de chef d’orchestre d’un équipage avec des équipiers (les autres chefs de bord) chevronnés mais aussi autonomes voire indépendants et qui discutent les décisions. Un régal !

Quels sont les sujets théoriques abordés pendant la formation ?

Thibault : Les sujets théoriques sont vraiment très nombreux. Tous les sujets utiles pour faire avancer un voilier et comprendre ce qui le fait avancer sont abordés lors de la formation mais à chaque fois du point de vue du stagiaire. La formation est axée sur la pédagogie, c'est à dire comment expliquer un environnement nouveau et complexe de façon simple et ludique. Un point important de la croisière est aussi la vie en communauté, la psychologie et le bien être des stagiaires sont donc aussi  abordés. 

Nicolas : On aborde aussi bien la météo que les méthodes pour faire le point, l’avitaillement que la réglementation, le fonctionnement et l’entretien courant d’un moteur diesel que le couple de relèvement et les forces qui s’appliquent sur un voilier, etc. Vaste programme que chacun de nous a approfondi au fur et à mesure de sa progression, formation et stages successifs... ou pas. Certains venaient de la voile légère : ils maîtrisaient très bien la pratique et la transmettaient aussi, mais découvraient presque la navigation ou la météo à 2-3 jours.

Sur quels critères votre formation est-elle validée ?

Thibault : La formation est principalement validée sur le critère de la sécurité, sur la capacité du futur moniteur à gérer et à sécuriser la navigation et le bord quelques soient les conditions météo.  Premièrement,  il doit être capable d'animer le bord de façon à ce que les stagiaires fassent avancer le bateau sans que personne ne s'expose à aucun risque. Deuxièmement, il doit être apte à prendre le relais lorsque le niveau de navigation dépasse celui des stagiaires,  tout faire seul si besoin. Enfin c'est lui qui doit dire quand les conditions météos sont trop mauvaises pour assurer la sécurité du bord et donc quand il faut s’arrêter pour se mettre a l'abri. Pour le coup, la capacité du moniteur à réfléchir à un abri sympa n'est pas négligeable.

Nicolas : Il y a plein d’éléments qui entrent en compte : anticipation, délégation, explication et pédagogie, sens marin, conduite de manœuvre, préparation de la nav’, gestion et animation de l’équipage, dynamique de la semaine, etc. Ça laisse à chacun la possibilité de s’illustrer dans telle ou telle activité.

Quel parcours de formation faut-il pour obtenir le diplôme ?

Thibault : Pour ce qui est de l'UCPA croisière, il y a un parcours déjà tracé, qui commence dès les premiers stages d'initiation et qui petit à petit permet de gagner en expérience et compétence et pousse progressivement à prendre de plus en plus de responsabilités jusqu'à devenir chef de bord puis moniteur. C'est le parcours que j'ai suivi depuis 4 ans. Sinon, il faut évidemment un bon niveau théorique et pratique en voile et avoir validé les niveaux FFV jusqu'au niveau 5 en habitable. Avoir fait de la voile légère ou de la régate est également un plus vraiment intéressant. Pour ceux qui le souhaitent, en parallèle et en relation avec l'UCPA croisière, le GCBC (Groupement des Chefs de Bord de  l'UCPA) organise hors saison de nombreux week-ends de formation (cours stagiaires) sur des points techniques comme les manœuvres de port, navigation en solo ou navigation sous spi, etc. Ceci permet de s'améliorer et de se former sur un point précis.

Nicolas : Soit avoir une expérience de la voile habitable en autonomie (et autres aussi, c’est un plus) ou au sein d’autres écoles que l’UCPA, soit avoir un parcours de progression au sein de l’UCPA Croisière : plusieurs stages en France comme à l’étranger, puis stage navigation, stage chef de quart (niveau 4), stage chef de bord (niveau 5 FFV). Ensuite FIM et mise en situation (2 semaines)...et à l’eau ! Bon vent !

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui souhaitent entreprendre cette formation ?

Thibault : Multiplier les expériences et connaissances sur différent supports et bassins de navigation, partir avec des amis novices sur un voilier pour s’entraîner à la pédagogie et aux responsabilités de chef de bord et moniteur dans des conditions simples, rencontrer des chefs de bord et moniteurs de l'UCPA croisière pour échanger sur ses connaissances et son expérience de la voile habitable et pour ceux qui ne sont pas issues de l'UCPA croisière comme moi, s'inscrire sur un stage pour voir l'ambiance d'un stage UCPA croisière.

Nicolas : Prendre son temps (c’est mon avis personnel)) car ainsi les acquisitions ont le temps de s’ancrer. Naviguer au sein de bassins différents : St Raphaël, la Corse, les Antilles et la Méditerranée orientale (Grèce, Turquie), naviguer en dehors du cadre de l’Ucpa Croisière aussi. Puis décider d’y consacrer du temps dans les 2 dernières années pour concentrer les apprentissages et l’expérience.

Quelles ont été vos motivations pour vous inscrire à la formation initiale moniteur ?

Thibault : Naviguer à l'UCPA, devenir moniteur, pouvoir encadrer et ainsi m'occuper de personnes sur un voilier habitable, acquérir de nouvelles compétences pédagogiques, faire un travail bénévole extrêmement épanouissant.

Nicolas : Je suis déjà moniteur bénévole (en plongée), du coup l’esprit même de la formation et de l’activité m’ont attiré. Ensuite, j’aime transmettre et partager une passion. Enfin, grâce à la croisière j’ai fait les quelques belles rencontres de ma vie. Pourquoi ne pas vouloir favoriser ces opportunités ??

Quels sont vos projets maintenant que votre formation a été validée ?

Thibault : Profiter déjà des différents bassins de navigation de France métropolitaine proposés par l'UCPA croisière. On a la chance d'avoir des zones de navigation variées et magnifiques, et pour moi la croisière UCPA c'est pour une bonne partie la découverte ces endroits. J'aime toujours découvrir ces lieux magnifiques et j'aime encore plus les faire partager aux stagiaires. Je ne m'en lasse pas. J'aimerais aussi avoir l'occasion d'encadrer avec toutes les catégories de stagiaires, les teens, les juniors et les adultes. Par la suite j'aimerais pouvoir passer le niveau de formation supérieur pour pouvoir encadrer à l'étranger avec l'UCPA. Mais pour le moment ce n'est pas ma priorité. Il y a déjà pleins de stages géniaux à encadrer, qui m'attendent en France métropolitaine.

Nicolas : En profiter pour naviguer aussi « pour moi » avec d’autres chefs de bord et des stagiaires motivés, découvrir de nouvelles côtes. Et détecter de futurs chefs de bord, qui sait. Prendre du plaisir et de l’expérience !

Un grand merci à Thibault et Nicolas pour avoir gentiment répondu à nos questions !

Rejoignez-nous sur Facebook